Eisox - BFM Académie
29 mai 2017

Eïsox en prime-time à la BFM Académie !

Eïsox est une startup accompagnée par la Cité de l’Objet Connecté qui développe une solution intelligente de gestion de chauffage et plus généralement, une solution « smarthome ». Actuellement en compétition pour la BFM Académie, il est temps de faire un nouveau point sur l’évolution du projet avec Maxence !

Maxence, un ingénieur pas comme les autres

Maxence - Eïsox

Pour rappel, Eïsox, c’est trois cofondateurs.

Joël Chotard, qui a apporté l’idée et le concept, dirige l’ensemble du développement technique de la solution Eisox. Baptiste Clénet s’occupe lui du développement de la partie logicielle des produits et Maxence, le fils de Joël de la partie développement de l’entreprise.

Cet ingénieur en électronique/informatique issu de l’ESEO d’Angers avec un premier cursus orienté vers les systèmes embarqués, complète son profil de maker avec un master en marketing à l’ESSCA. Cette double casquette lui permet de traiter les deux aspects du développement d’entreprise à savoir les parties techniques et business.

Selon lui, une équipe se doit d’être complémentaire et ne doit pas s’enfermer que dans la technique et que dans la vente.

« On a vite tendance en tant qu’ingénieur à faire de beaux produits techniques sans penser à toutes les problématiques de marché, d’attentes client ou de commercialisation qui sont finalement indispensables lorsque l’on va proposer un produit à la vente. »

Maxence insiste sur la nécessité dans une entreprise de savoir parler business, un gestionnaire qui n’aurait pas ces connaissances va vite se perdre notamment quand il s’agit de levée des fonds.

« Il ne faut pas forcément être comptable de métier, mais cela nécessite une certaine sensibilité. »

Une tête intelligente

« Notre tête thermostatique contrôle de manière autonome votre chauffage via un système de détection de présence capable d’apprendre les habitudes des utilisateurs. »

C’est cette intelligence artificielle qui va décider à partir de quel moment il faudra allumer ou éteindre le chauffage pour optimiser le confort au sein de la maison en gardant la bonne température dans chaque pièce au bon moment et ainsi réaliser des économies d’énergie en la diminuant lors d’une absence.

Cette détection de présence permet de proposer en plus des services, comme la détection d’intrusion en matière de sécurité ou l’apprentissage des habitudes de vie concernant les personnes âgées, permettant de déceler des comportements anormaux et de prévenir éventuellement les secours.

« C’est toute une série de services complémentaires intégrés à la tête thermostatique qui sera disponible pour l’utilisateur ! »

Un jury quasiment conquis

Eisox - BFM Academie

A la suite de l’IPSO Challenge, Eïsox a gagné de nouveaux concours. Le dernier en date, c’est la BFM Académie après une sélection parmi 500 candidats. Un premier casting à Rennes a permis d’accéder à la deuxième phase du concours avec plus de 50 startups, pour au final être l’un des 12 élus participants à l’émission de télévision en vue de la finale le 19 juin.

« L’exercice de la télévision ne m’a pas plus stressé que ça, j’ai l’avantage d’avoir bien rodé mon discours à la Cité de l’Objet Connecté où j’ai rencontré beaucoup de gens et de potentiels investisseurs que ce soit sur l’aspect produit ou commercial. Connaissant bien mon produit, cela simplifie l’exercice. L’agence Creative Corner m’avait par ailleurs donné quelques tips pour bien regarder la caméra. »

Pour la demi-finale, un tournage au sein de la Cité de l’Objet Connecté a été réalisé. Il présente la société, le projet et son quotidien. C’est la première vidéo qui va expliquer le projet au téléspectateur.

« Il était normal de le tourner ici avec l’un de nos partenaire qui nous soutient depuis le début. J’en profite également pour remercier Angers Technopole et l’ESEO pour leur soutien ! »

Si Eïsox n’a pas remporté ce concours, il reste en lice pour le prix Coup de cœur et a gagné en visibilité nationale via la diffusion sur BFM Business.

« 300 investisseurs seront présents le jour de la finale, 300 potentiels partenaires qui connaîtront déjà notre produit via l’émission. En termes de mise en relation, on peut difficilement faire mieux ! »

Dans la recherche de financement, Eïsox reste ouvert à différents types d’investissement, l’objectif étant de réaliser des partenariats avec de potentiels collaborateurs.

« Si nous avons dans un premier temps axé notre levée de fonds sur des partenariats industriels pour faciliter l’arrivée sur le marché de notre produit, nous restons cependant ouverts pour rencontrer des financiers purs qui peuvent apporter une expertise dans le domaine de la gestion d’entreprise. Nous restons ouverts à l’apport de différentes compétences spécifiques qui mixées, favorisent notre développement. »

Une voie d’avenir

Le produit a également connu de nombreuses évolutions. Par rapport à ce qui a été présenté en Californie, Eïsox est bien plus avancée et va être prête pour la mise en production et la commercialisation en fin d’année. À l’écoute de ces utilisateurs, la startup vient de clôturer sa phase de test lui permettant d’optimiser les fonctions de la tête thermostatique.

« Notre premier produit, l’adaptateur universel, sortira pour fin d’année 2017. »

À noter que la startup se lance dans la commercialisation en deux temps, en proposant tout d’abord leur adaptateur universel permettant de fixer toutes les têtes thermostatiques électroniques du marché sur n’importe quel radiateur, nouveauté uniquement proposée par Eïsox. La tête thermostatique intelligente suivra dans un second temps.

Une fois la levée de fonds clôturée, le produit passera en production et la commercialisation sera lancée. Le site internet permettra de commander les produits Eïsox, mais il sera également possible de les trouver dans les grandes surfaces de bricolage et au travers de différents partenaires.

Le produit évoluera ensuite dès 2018 :  

« Je n’ai évoqué pour l’instant que trois services, mais il y en beaucoup plus que cela et c’est ça qui est intéressant pour l’utilisateur : il investit dans un produit pour gérer son chauffage qui par la suite, lui donnera accès à de nombreux services supplémentaires. »