Eisox - Remise du Prix Startup Fnac 2016
13 septembre 2016

Eïsox, une haute conception de la maison intelligente

Une start-up, c’est “start” et “up”. Le but est de grandir rapidement et de conquérir des parts de marché. Cette phrase de Maxence Chotard, jeune maker de 26 ans, responsable marketing et communication d’Eïsox, représente bien le personnage : mature, calme, réfléchi, pertinent, sûr de lui, de son équipe, de son projet : le premier thermostat intelligent. Place aux présentations

Une famille soudée, une équipe complémentaire

L’idée ? C’est dans l’esprit du père de Maxence, Joël Chotard, qu’elle a germé. Entrepreneur averti, expert des télécommunications et des nouvelles technologies, la maison connectée est un concept qu’il connaît bien. Et comme souvent, c’est d’une question simple que l’objet prend vie : comment mieux contrôler sa facture énergétique tout en assurant une température optimale dans son habitat, et ce à n’importe quel moment ? Cela fait 30 ans que vous tentez de régler vos chauffages le matin pour l’éteindre le soir, et c’est bientôt fini.

Le problème est devenu une histoire de famille en 2013 lors que Maxence se lance dans l’aventure. Formé à l’ESEO, il se dirige vers une formation business, car “une entreprise ce n’est pas qu’un produit, c’est aussi un marché.” Pertinent, on vous disait ! Baptiste Clenet, son camarade de cours, rejoint l’équipe en 2014, également diplômé de l’ESEO, il gère les aspects logiciels du projet. Aujourd’hui, c’est entourés de quatre personnes qu’ils mènent à bien les missions de commercialisation, développement logiciel, communication, intelligence artificielle… Et ce n’est qu’un début !

E.I.S.O.X : Everything Is Smart Object X

”Everything is smart” présente la maison de demain comme intelligente. Intelligente, parce que tous les objets présents dans celle-ci communiquent et fondent un écosystème propre à la maison. “Objet x” évoque ce thermostat connecté qui propose au delà d’une gestion énergétique autonome de son habitat, un ensemble de fonctionnalités contribuant à rendre la maison plus intelligente.”

Cette vanne qui vient se greffer sur le robinet d’eau chaude de votre chauffage cache bien son jeu, préparez-vous : bienvenue dans votre “smart home”.
Dotée d’une intelligence artificielle qui détecte votre présence, la température se régule automatiquement de façon adaptée. Vous dormez ? Vous prenez un bain ? Votre environnement s’adapte à vos activités. Autonome, le thermostat anticipe vos besoins et reconnaît vos habitudes en prévoyant ses périodes d’utilisation.

“Notre objectif : simplifier les tâches et être au plus près de l’attente des utilisateurs. On est partis de la domotique, qui est le contrôle à distance de la maison, et on arrive à la maison qui se contrôle d’elle même. On va au-delà de la domotique et c’est ça, la maison intelligente.”

Eïsox va donc plus loin, toujours. En intégrant la possibilité à leur capteur d’interagir avec d’autres objets connectés, Maxence imagine déjà une maison parlant et interagissant avec son environnement.

Pour être plus concret, essayez de vous projeter 5 minutes dans le futur. Prêt ?

Vous êtes dans votre salon, confortablement installé sur votre canapé, la température est de 21°, comme vous pouvez le constater sur votre écran de télévision via une notification Eisox. Un voyant vous indique qu’il n’y a plus de bière dans le frigo. Une notification, sonore cette fois-ci, vous indique que trois personnes se dirigent vers votre porte d’entrée. Vos lunettes vibrent et vous projettent l’image de vos amis et les bières qu’ils apportent. Cela dit, l’abus d’alcool sera toujours dangereux pour la santé dans le futur…

Eisox, une startup au coeur de l’écosystème angevin.

Arrivé deuxième au concours IPSO Challenge, finaliste du prix Fnac Intel, Eisox peut se targuer d’avoir tous les atouts en poche pour mener à bien leur projet. La route fut longue et c’est en s’intégrant avec discernement dans l’environnement angevin qu’ils en sont là aujourd’hui. Étendard du label Angers French Tech, incubé à l’’ESEO, co-incubé par Angers Technopole, accompagné par la Cité de l’Objet Connecté, c’est au final la startup vendéenne la plus angevine de France.

“La Cité nous a permis de développer notre produit. À notre arrivée, nous n’avions qu’un concept, on était encore très loin d’un prototype. En trois mois, nous avons sorti un produit fonctionnel pour le présenter en Californie. Au niveau industriel, elle permet également d’accéder à des ressources que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Et au niveau de la visibilité, la Cité de l’Objet Connecté nous a permis de participer à ces différents concours… C’est un booster, un véritable accélérateur de projet.”

Il paraît loin le premier prototype réalisé à la Cité de l’Objet Connecté en décembre 2015…. Très proche de la phase de commercialisation, la température est encore trop élevée en cette fin d’été, pour démarrer la phase de test. En magasin pour la fin de l’année 2017, vous n’aurez bientôt plus à trembler lorsque l’on chuchotera : winter is coming !