Enedis - Cité de l'Objet Connecté
7 novembre 2017

Enedis au service de l’innovation numérique !

Enedis, anciennement ERDF, se positionne comme un partenaire-actionnaire des plus actifs pour la Cité de l’Objet Connecté, mais également pour le territoire. Son représentant David Le Chenadec était partout lors de cette semaine dédiée à l’IoT avec la Connected Week et le WEF Angers. C’est au détour d’une conférence du Colloque Iot de l’ESEO que nous avons pu nous entretenir avec le responsable de l’innovation d’Enedis Pays de la Loire qui définit la transition énergétique comme un enjeu majeur.

  • Emmanuelle Leclerc : Bonjour David Le Chenadec, pouvez-vous vous présenter ?

David Le Chenadec : « Je suis responsable numérique et innovation chez Enedis, sur le périmètre Pays de la Loire. Mon objectif est de porter la transformation du numérique au sein de l’entreprise, mais également avec les acteurs innovants du territoire, comme les collectivités et l’ensemble des écosystèmes innovants.

  • EL : “Sur quoi se base la  transformation digitale d’un groupe comme Enedis ?”

DLC: “Il faut tout d’abord créer un environnement propice à l’innovation dans nos laboratoires de recherche et développement, ensuite mettre les projets innovants entre les mains d’ingénieurs ou de techniciens sur le terrain, pour leur donner la possibilité de réinventer leur métier et les futurs réseaux électriques.

Par ailleurs, nous sollicitons régulièrement des salariés pour proposer des idées et nous les accompagnons pour leur développement en les mettant en relation avec des acteurs de l’écosystème, des startups ou des intermédiaires comme la Cité de l’Objet Connecté.”

Cité de l'Objet Connecté et Enédis

  • EL :”A ce propos, pouvez-vous nous présenter ce cadenas connecté “E-lock” ?”

DLC : “C’est effectivement un très bon exemple. Cette innovation part d’un besoin remonté par les techniciens de terrain. Comme évoqué précédemment, on les a accompagnés en les plaçant dans la recherche de solution et  la mise en relation avec les compétences sur le territoire. Concrètement, nous avons lancé un hackathon sur l’objet connecté fin d’année dernière. Nous avons ainsi sollicité les 40 000 salariés d’Enedis sur la question : « Comment l’IoT peut améliorer vos conditions de travail ? Vos conditions de sécurité ? La performance de nos activités ? ».

L’idée d’un cadenas connecté a ainsi abouti. Il faut bien comprendre la spécificité de nos interventions terrain pour comprendre ce besoin. En l’occurrence, ces cadenas sont posés sur le réseau électrique afin de fiabiliser nos interventions, si plusieurs personnes interviennent sur un chantier, elles savent ainsi si elles sont protégées ou non.

Nous avons poursuivi le développement du cadenas en nous faisant accompagner par la Cité de l’Objet Connecté ;  l’Internet des objets étant un domaine très varié et technique, le besoin d’expertise était évident. Cette collaboration nous met relation avec les compétences nécessaires que ce soit dans le domaine de l’information, l’électronique ou la mécanique… L’idée qui a ainsi émergée à la fin de l’année dernière s’est transformée en un vrai projet et a abouti à un produit déployé sur le terrain depuis septembre.”

  • EL : “Sur quelle(s) nouvelles technologies misez-vous pour favoriser la transition énergétique ?”

DLC : “Un des enjeux pour moderniser notre réseau et nos activités passe indéniablement par l’Internet des objets. Tout d’abord au niveau de la sécurité,  notamment quand nos techniciens interviennent sur le réseau, puis dans une recherche d’amélioration de la performance du service de distribution. Concrètement, c’est faire en sorte que l’électricité soit disponible à tout moment, et qu’en cas d’incident, elle soit rétablie de manière très réactive.

Comment l’Internet des objets peut nous permettre d’améliorer notre activité de service publc ? C’est la question sur laquelle nous travaillons à Angers, grâce à l’expertise du territoire et de la Cité de l’Objet Connecté. C’est une opportunité gigantesque pour Enedis d’aller en région, au plus près des besoins, là où sont les salariés.”

Enedis et la Cité de l'Objet Connecté

  • EL : “En matière d’innovation, pouvez-vous nous exposer comment Enedis puise dans l’écosystème de la région ?”

DLC : “Enedis fonctionne par le biais de directions territoriales sur l’ensemble des départements de la région, ce qui nous permet d’avoir une représentation localisée au plus près des écosystèmes.

Les réseaux French Tech font partie des structures sur lesquelles nous nous reposons. Nous avons par ailleurs la chance d’avoir sur cinq villes labellisées dans la région, avec chacune leur spécialité, comme  Angers Tech avec l’IoT et l’électronique ou Le Mans Tech et  la mobilité.”

  • EL : “Enedis est très présent lors de ce WEF Angers et de la Connected Week, quelles attentes avez-vous vis-à-vis d’un tel événement ?”

David Le Chenadec - Enedis

David Le Chenadec, Responsable numerique & innovation, Enedis Pays de la Loire

DLC : “Le WEF nous permet de montrer nos innovations réalisées avec ces acteurs du territoire. Nous présentons en particulier nos projets Smart Grids qui ont pour objectif de moderniser les réseaux électriques. Ce partenariat dit « Smile »  est soutenu par les régions Pays de la Loire et Bretagne, et réunit un consortium d’acteurs avec lesquels nous travaillons sur un projet de réseau électrique intelligent.

Nous profitons également de cette manifestation pour présenter nos projets startups. Nous accompagnons notamment Zetapush, le gagnant du Global Challenge du Web2day 2017, qui héberge une plateforme d’interconnexion pour les objets connectés. Nous accompagnons également au WEF, la startup Interactive Data Light qui propose de l’éclairage public innovant et BotNation AI qui se positionne sur le marché de l’IA et des chatbots.

Ces projets permettent de souligner l’implication d’Enedis au sein de nombreux projets innovants, avec les acteurs les plus compétents dans leur domaine respectif.

C’est également une façon de solutionner concrètement des enjeux d’entreprise : comment mettre de l’intelligence artificielle au service du technicien qui intervient sur le terrain ? Comment la donnée, en matière de consommation d’électricité, peut se mettre au service des enjeux de transition énergétique tout en préservant la confidentialité et la sécurité ?”

  • EL : Merci David et à bientôt !