Homme de dos avec prothèse connecté à la cité de l'objet connecté angers
14 février 2019

La Cité de l'Objet Connecté rejoint WE Network

WE Network a officiellement acquis la Cité de l'objet connecté le 1er janvier 2019. Avec en ligne de mire de nouvelles offres de produits et services intelligents. Découvrez les coulisses du projet avec Sébastien Chatelier Directeur du groupe éolane et Vincent Bedouin, Président de WE Network !

Locaux Cité de l'Objet Connecté

Les installations de la Cité de l’objet connecté au sein du bâtiment géré par WE Network

Julien Fillaud : Bonjour Vincent Bedouin et Sébastien Chatelier. Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Vincent Bedouin : Bonjour, je suis le Président de LACROIX Group, ETI familiale cotée qui fournit des équipements technologiques pour la gestion des infrastructures de la voirie intelligente (signalisation, gestion de trafic, éclairage public, V2X), pour la gestion des infrastructures d’eau et d’énergie. Nous développons et fabriquons également les équipements électroniques de nos clients automobiles, domotiques, aéronautiques, industriels ou de la santé.

J’ai également été élu en 2017 Président du réseau WE Network. Enfin j’œuvre au développement de la filière électronique en qualité de Vice-président du Comité Stratégique de Filière Electronique nationale.

Sébastien Chatelier : Bonjour, je suis le Président de la Cité de l’objet connecté depuis janvier 2018, Membre du directoire du groupe éolane, une ETI française spécialisée dans les objets connectés. C’est sous l’impulsion d’un petit groupe d’industriels appuyés par l’Etat et soutenus par l’emblématique Eric Carreel (fondateur de Withings) qu’éolane a choisi en 2015 de développer avec La Cité un véritable accélérateur des objets connectés.

JF : Vincent, pourquoi ce rapprochement ? Qu’est-ce que cela représente pour WE Network ?

Vincent Bedouin : Cela va parfaitement fonctionner ensemble, tout simplement ! Il y a une complémentarité évidente de WE Network avec les activités de La Cité de l’Objet Connecté. La Cité a su montrer l’intérêt pour un client, quel que soit le niveau de maturité technologique de son projet, de pouvoir trouver en un lieu un interlocuteur de confiance connecté à tout un écosystème dynamique pour conseiller et accélérer ce projet. Ce qui va se passer demain avec WE Network et son réseau de 700 entreprises et partenaires, c’est de démultiplier cette proposition de valeur car la Cité sera en connexion avec un bien plus grand nombre d’acteurs !

Vincent Bedouin, Président de WE Network aux côtés de Christelle Morançais, Présidente de la Région des Pays de la Loire

Vincent Bedouin présente le projet aux côtés de la Présidente de Région des Pays de la Loire Christelle Morançais

JF : Et quel sera l’impact pour WE Network ?

Vincent Bedouin : WE Network existe depuis janvier 2014, dans une structuration associative (Loi 1901), pour accompagner tous les projets d’innovation pour les produits et services intelligents (les objets connectés) mais aussi pour optimiser la façon de produire des entreprises (par exemple en intégrant des nouveaux systèmes intelligents dans les usines). Sa mission est donc depuis toujours d’accélérer les projets d’innovation pour tous ces systèmes intelligents.

En tant que réseau, WE Network a également pour vocation de structurer toute la filière électronique dans le Grand Ouest, autant pour les fournisseurs de solutions (électronique, logiciel, réseaux sans fil,…) que pour les entreprises utilisatrices de ces solutions. Bien entendu, notre socle de compétences coeur c’est aussi et avant tout l’électronique qui permet à toutes les entreprises ayant identifié des besoins, de trouver chez WE Network, la solution ou l’accompagnement expert vers la bonne solution.

En ajoutant une ligne de prototypage rapide aux expertises de WE Network pour aller très rapidement jusqu’au POC (Proof Of Concept), on complète cette offre de service dédiée à toutes les entreprises (Startups, PME, ETI, Groupes) qui sont dans la dynamique de création d’innovations connectées, dont de très nombreuses sous l’étendard French Tech !

Ensuite il y a de nombreux services proposés par WE Network et ses partenaires Grand Ouest. Des services pour identifier et accélérer les usages innovants dans toute l’industrie (santé connectée, smart city, usine intelligente,…) mais aussi des services typés innovations de rupture comme par exemple au sein du Programme WISE pour la Recherche et Développement sur les objets connectés. Et bien entendu des formations très pratiques, concrètes sur la ligne de production si besoin pour accompagner les entreprises dans leur transformation digitale, en lien avec ces nouveaux systèmes intelligents.

JF : Sébastien, La Cité a déjà accompagné 450 projets depuis sa création en 2015 : pourquoi changer aujourd’hui de stratégie ?

Sébastien Chatelier : La cité a été fondée par un écosystème de 18 partenaires qui y ont cru avant que le marché ne prenne son essor. La première raison, c’est qu’il y a une révolution à l’œuvre qu’ils avaient identifiée très en amont : l’innovation hardware.

Depuis plusieurs années, on a beaucoup focalisé sur l’innovation logicielle, sur le software et sur le cloud. Mais il ne faut pas oublier que tout cela fonctionne à la condition de réaliser une très bonne intégration hardware. La preuve : même les géants américains investissent aujourd’hui dans le hardware qui est source de différenciation et de maîtrise technologique.

La deuxième raison, c’est que l’internet des objets permet de créer de la valeur rapidement, et ce potentiel réside moins au creux de notre poignet comme on a pu le croire avec la déferlante éphémère des montres connectées, que dans le potentiel majeur de transformation économique à l’échelle de toutes les industries avec l’Industrial Internet of Things.

En somme après avoir été à la fondation d’un outil qui permet de révéler tout le potentiel de l’industrie électronique, nous le mettons à présent dans les mains de la filière électronique française pour qu’elle devienne la base avancée au plus proche des utilisateurs de l’électronique.

JF : En quoi est-ce que cela rejoint la stratégie de la filière électronique française ?

Vincent Bedouin : A l’occasion du World Electronics Forum 2017 à Angers – au cours duquel toute la filière électronique mondiale s’est rassemblée – on a recensé une centaine d’innovations d’entreprises. Et contrairement à l’image d’Epinal, elles ne sont pas portées que par des startups mais également par des PME, ETI, industriels et grands groupes. On s’est demandés à ce moment là combien pourraient avoir un destin national et international dans les 5 ans. Comment faire pour accélérer et révéler les potentiels et notamment dans le support amont (mieux calibrer le projet, apporter des solutions de time to market, etc…).

La conclusion était simple : il fallait que la filière électronique elle-même accélère sa transformation pour devenir une filière électronique du futur. Car dans le go to market, le délai dont dispose une entreprise pour commercialiser un nouvel objet connecté, il est impératif de pouvoir trouver des solutions à proximité, en agilité et en confiance sans être obligé d’aller en Chine.

Les industriels de l’électronique comme Lacroix, éolane et de nombreux autres partout en France, ont compris depuis plusieurs années l’intérêt de collaborer ensemble, de « chasser en meute », par exemple pour leur Recherche & Développement. Avec la Cité et les projets engagés depuis le WEF, WE Network joue désormais un rôle unique en France de catalyseur autour de ces collaborations actives.

JF : La Cité de l’objet Connecté transforme donc aussi la filière électronique ?

Sébastien Chatelier interviewé au moment de la conférence de Presse de présentation du projet

Sébastien Chatelier interviewé au moment de la conférence de Presse de présentation du projet

Sébastien Chatelier : Bien sûr. La Cité c’est un accélérateur. Ce qui la différencie depuis sa création c’est la rapidité, c’est l’agilité. Aujourd’hui, en intégrant l’offre de service des industriels de l’électronique, elle se fédère et se dimensionne encore plus. Pour n’importe quelle entreprise ayant des besoins IoT en France, elle devient un acteur capable d’activer la filière rapidement, sur une palette de solutions technologiques sans précédent. Des exemples concrets nous en avons plein : des Eram dans le Smart wear, de la gestion automatisée pour les usines des entreprises engagées dans l’industrie 4.0. et tellement d’autres… Il faut que le passage de l’idée jusqu’au prototype soit facile pour le client. Et cela impacte forcément les fournisseurs de technologies qui doivent s’adapter à ce nouveau rythme… à commencer par la filière électronique.

Vincent Bedouin : La filière électronique c’est une filière experte. Mais dans la réalité de nos marchés, il y a de moins en moins d’entreprises expertes en électronique aujourd’hui. Elles recherchent donc un interlocuteur qui peut faciliter l’accès, leur donner les clés de compréhension des projets. Aujourd’hui la Cité de l’objet connecté remplit évidemment ce rôle là en complémentarité des réseaux French Tech.

JF : Quelle croissance et quelle évolution des projets menés sur le site ?

Vincent Bedouin : L’offre nouvelle qui se structure actuellement n’est pas uniquement proposée dans nos murs mais également hors les murs. Nous allons travailler avec le réseau Cap’Tronic et les autres réseaux dans lesquels WE Network est bien intégré. Donc il y aura dans ce lieu un point de convergence des projets comme un hub, mais tout ne se fera pas que dans un seul lieu.

Par contre ce qui va évoluer dans l’accompagnement c’est plus de faire une analyse préalable sur la maturité du projet et du porteur de projet. Tous les porteurs de projets sont convaincus de pouvoir changer le monde avec leur innovation. Mais certains acteurs partent avec de meilleures armes pour réellement concrétiser les choses et passer de la startup à la scaleup, c’est à dire à l’industrialisation réussie. Nous allons prioriser ces projets, en nous ouvrant à tous les profils d’entreprises innovantes.

Sébastien Chatelier : On a construit un dispositif précurseur pour l’accélération industrielle dans l’IoT avec quelques vrais beaux projets. Ce qu’on peut attendre à l’avenir avec WE Network c’est d’intégrer les expertises du design dans la proposition de valeur (bureau d’étude, software, data science, Intelligence Artificielle, les plateformes,…) mais aussi développer la formation et évangéliser l’IoT. C’est important pas seulement par rapport à nos clients mais également vers les comités de direction, qui sont très importants à cibler pour démystifier les technologies. Une petite équipe projet c’est possible de la monter rapidement, il suffit de le vouloir… et d’être en premier lieu convaincu de l’intérêt à le faire.

Le 6 février 2019, la conférence de presse de présentation du projet. De gauche à droite : Sébastien Chatelier (éolane), Christelle Morançais (Région des Pays de la Loire), Vincent Bedouin (WE Network & Lacroix group), Christophe Béchu (Angers Loire Métropole) et Bruno RACAULT (ALL Circuits)

Le 6 février 2019, la conférence de presse de présentation du projet. De gauche à droite : Sébastien Chatelier (éolane), Christelle Morançais (Région des Pays de la Loire), Vincent Bedouin (WE Network & Lacroix group), Christophe Béchu (Angers Loire Métropole) et Bruno RACAULT (ALL Circuits)

JF : Avec quelle stratégie de développement ?

Sébastien Chatelier : Déjà en s’appuyant sur les fondamentaux de la Cité qui va pouvoir capitaliser sur toute l’expérience accumulée depuis plusieurs années. Avec cet outil indépendant, aujourd’hui on peut intégrer beaucoup plus fortement les collaborations avec les bureaux d’études. Impliquer également les partenaires de la première heure. Et enfin mettre cet outil en réseau avec tous les acteurs de l’objet connecté en France, comme l’IoT Valley à Toulouse, ou encore la filière des composants à Grenoble, pour créer un réseau des guichets où les projets sont orientés vers les acteurs appropriés. Et également se connecter avec les beaux accélérateurs qui travaillent sur ces thématiques, partout en France.

Vincent Bedouin : Oui ça c’est un point important, nous voulons continuer à inscrire La Cité de l’Objet Connecté dans les réseaux de demain. Je lance d’ailleurs un appel à collaboration aux acteurs de l’IoT Valley. Nous devons partager au niveau du territoire tout entier cette mission d’intérêt général de former aux technologies de l’IoT et à leur potentiel de transformation. Cela pourrait être par exemple en créant un réseau national pour capitaliser sur ce qu’on fait et le faire de façon beaucoup plus efficace.

JF : Comment voyez vous l’avenir de l’IoT en France ?

Sébastien Chatelier : La promesse de l’IoT elle est toujours réaliste. On est encore très loin des 50 milliards d’objets connectés et il y a un marché à accélérer. Le potentiel est immense !

Vincent Bedouin : Il y a la filière française qui est un élément clé. WE Network est aujourd’hui un bras armé de cette transformation de la filière, en étant acteur sur un grand nombre de réseaux. Avec la feuille de route de la transformation de notre filière développée à l’issue du WEF, nous avons la capacité à être une industrie électronique agile. Partout sur la planète il y a de très beaux concurrents. Si on y va chacun avec nos petits bras on n’ira pas loin. L’enjeu est désormais pour nous d’intégrer davantage l’amont – c’est à dire les technologies et l’aval – c’est à dire les usages – de la filière, et de ne pas oublier le logiciel embarqué. Nous avons un enjeu de devenir plus accessibles et plus simples vis  à vis de nos clients. C’est pour cela qu’on a annoncé très récemment, en même temps que l’intégration de La Cité, un grand projet de regroupement des compétences autour de nos compétences, au sein d’un Technocampus électronique, accompagné par différents partenaires comme l’Etat, la Région des Pays de la Loire et Angers Loire Métropole. L’objectif est bien de les faire grossir ensemble, de prendre des parts de marché à l’étranger.

En somme, une façon de mobiliser tous les acteurs dans une même direction, de dépasser le pessimisme ambiant !

JF :Le mot de la fin ?

Sébastien Chatelier : L’Iot c’est maintenant et ça peut aller vite.

Vincent Bedouin : L’Iot c’est maintenant, c’est accessible, et ça peut concerner tous les secteurs industriels, du fabricant de fenêtre aux chaussures. On peut les aider, investir dans leurs nouvelles gammes de produits. On peut les aider à définir leur vision. L’intérêt de La Cité c’est d’investir, on peut démarrer petit, puis aller vers des grands voire très grands projets ! Car la Cité c’est à présent un outil parfaitement complémentaire des services de la filière.

Merci Sébastien Chatelier et Vincent Bedouin !