22 septembre 2016

L’ESSCA et la Cité : les ingrédients d’une formation innovante !

Si les idées se bousculent au sein de la Cité de l’Objet Connecté, c’est aussi parce qu’on y croise du monde et du beau ! Makers, TPE, startupers, robots, PME et depuis quelques jours des étudiants, beaucoup d’étudiants. Pourquoi ? Parce qu’un premier programme de formation autour de l’univers de l’Internet des objets (IoT) vient de naître ! Et c’est avec un plaisir non dissimulé que nous avons accueilli la Majeure entrepreneuriale de l’École supérieure des sciences commerciales d’Angers (ESSCA). Au menu, présentation, conceptualisation, programmation, pitch… Rencontre avec ceux qui feront, sans aucun doute, votre futur !

Une formation agrémentée de nouveautés

Le classement 2016 des entreprises préférées des étudiants français illustre un nouveau modèle de projet professionnel : si les plus innovantes font toujours rêver les jeunes ingénieurs, les « licornes » comme Blablacar ont fait leur entrée dans la hiérarchie. Il est donc logique de retrouver un Master entrepreneuriat au sein de l’ESSCA.

L'essca à la Cité de l'objet Connecté
C’est ainsi qu’une soixantaine de futurs entrepreneurs choisissent cette voie et ont l’opportunité de développer des compétences variées telles que le management, la stratégie, la finance ou encore le Marketing. Ce cursus vise à former les étudiants à mener des projets réels pour se diriger vers la création ou la reprise d’entreprise ou encore l’entrepreneuriat et le business développement au sein de structures existantes. Ils travaillent donc durant leur dernier semestre académique sur des cas pratiques de création d’entreprise et de business développement.

C’est dans ce cadre, sous l’impulsion de Xavier Lesage et Simon Gérard (créateur de Weforge), que ces étudiants ont été pendant deux jours à la Cité de l’Objet Connecté d’Angers, pour comprendre le fonctionnement d’un objet connecté et quels sont les moyens mis à leurs dispositions. Une manière d’attiser l’appétence de la jeunesse autour de l’IoT !

Un lieu unique au goût de curiosité

« Avant de venir ici, le terme “IoT,” je ne le connaissais même pas… Je ne me définissais pas comme une cible d’ailleurs, mais en fait, on l’est tous ! » nous explique Anne, 22 ans, étudiante en Master 2 Entrepreneuriale.

C’est dans cette optique que s’inscrivent ces deux jours d’acculturation. Les équipes de la Cité ont ainsi prévu ces cours pour donner la possibilité de s’approprier les bases des objets connectés, en gardant en ligne de mire une démarche entrepreneuriale : comment tirer son épingle du jeu sur ce nouveau marché porteur ?

Pour faire monter en compétence les futurs entrepreneurs sur ce domaine encore un peu nébuleux pour certains, la première journée a commencé par une présentation générale des lieux et du secteur d’activité pour se terminer sur les différentes étapes de création d’un objet connecté au travers un exemple concret : la Love Box. C’est bien connu, l’amour inspire !

C’est ensuite via des cas pratiques, à leur initiative, que les étudiants ont pu réfléchir à une solution IoT selon une problématique spécifique. C’est la proposition d’Anne qui a fait l’unanimité : comment laisser nos affaires en toute sécurité sur la plage lorsque l’on va se baigner ? Eh oui, les vacances ne sont pas encore très loin… « Il y a quelque chose à faire via ce domaine, c’est dans l’air du temps » affirme la jeune étudiante.

Et c’est à travers des ateliers plus concrets qu’ils ont pu se confronter à la production : CAO, Imprimante 3D, Initiation à la programmation et même les fameux pitchs propres aux startups… Toutes les étapes de développement d’un projet y passent, le tout encadré par les équipes de la Cité, qui se transforment pour l’occasion en intervenant high tech avec le plus grand des plaisirs !

« En tant que futurs chefs d’entreprise, nous sortir de notre zone de confort et nous confronter directement à la production en mettant un peu les mains dans le cambouis, cela nous permet de mieux discerner les étapes à suivre au cours d’un processus de pré-industrialisation. Puis, c’est un énorme bonus par rapport à notre curiosité personnelle, la Cité à une dimension mystique » nous explique Benjamin, jeune entrepreneur dans l’âme.

Le futur en dessert

La technologie ne fait définitivement pas peur à ces jeunes makers en devenir. Désormais totalement consciente des opportunités et des limites de l’internet des objets, notamment en matière de vie privée, il est intéressant de constater comment cette génération perçoit l’innovation comme une amélioration du monde réel, sans aucune crainte.

« On nous disait hier matin que l’IoT était comparable à la révolution qu’était internet, il reste du chemin, mais l’émergence d’un nouveau marché génère forcément des questions… et des solutions, » soulignent, à l’unisson Benjamin et Anne. Jeunes, mais déjà pragmatiques.

Si la Cité a tapé dans l’œil de certains comme future partenaire, c’est également le caractère avant-gardiste du lieu qui a marqué les esprits ! Imprimer la pièce 3D que l’on vient de modéliser ou discuter en direct de Nantes via Uby a semble-t-il conquis notre public ! À qui le tour ?