Actyv Groupe VYV
4 décembre 2018

Le projet Actyv : une solution IoT pour la remise en activité physique

Après avoir amorcé en mars 2018 un parcours en immersion à la Cité de l’objet Connecté, Julien Larfouilloux, responsable de programmes IoT au sein de la direction prospective et innovation du Groupe VYV, porte aujourd’hui un projet IoT d’un nouveau genre. La promesse ? Aider les personnes sédentaires à se remettre en activité tout en levant les freins. Comment fonctionne-t-il ? Quels sont ses atouts ? Julien nous en dit plus.

Dans sa lutte contre le surpoids et les maladies cardio-vasculaires, l’OMS fixe à 150 minutes d’activité physique modérée par semaine, que certains ont caricaturé à la réalisation de 10 000 pas par jour. Une fois la chose dite, il serait intéressant de sonder combien d’entre-nous les respectent vraiment ? Mieux, combien d’entre-nous connaissent ces préconisations, vaguement évoquées à la radio un lundi matin. Parler de sédentarité, ce n’est pas uniquement parler du phénomène de la “canapéïte aiguë”. Le temps peut nous manquer pour une activité physique, une maladie chronique peut également empêcher la pratique sportive. Alors quelle solution efficace ? C’est dans ce sens que Julien, responsable de programmes IoT au sein de la direction prospective et innovation du Groupe VYV, a mené son investigation afin de dégager une solution.

Projet Actys Groupe VYV

Une solution IoT quand le temps manque pour une activité physique ?

Le parcours Maker pour un projet

En intégrant un parcours en immersion, le Groupe VYV avait pour objectif, à travers son responsable IoT, de mieux appréhender la conception d’une solution connectée. Une montée en compétence qui visait principalement pour le Groupe VYV à être en capacité de déployer un certain nombre de solutions connectées, en propre ou via des partenariats. “Très rapidement, il m’est apparu évident qu’il était nécessaire de se lancer dans un projet IoT dans cette phase Maker, pour comprendre toutes les étapes de conception” explique Julien.

Le partenariat liant avec l’agglomération d’Angers et le Groupe VYV va être la première amorce du projet. En effet, l’agglomération adresse des problématiques de santé qui visent notamment l’activité physique et la remise en mouvement des Angevins. “Nous avons étudié cette opportunité, nous avions un véritable attrait à expérimenter une solution locale qui répondrait aux enjeux des territoires.”

Actyv du Goupe VYV 2

Le parcours en immersion du Groupe VYV a permis l’émergence d’une projet IoT

Une solution IoT pour la remise en activité physique

Les premières sessions de brainstorming débute alors. La thématique dégage en premier lieu des solutions d’alerting. “Nous avons préféré rapidement faire évoluer cette idée, tant nombre de solutions existent déjà sur le marché” poursuit Julien. “Nous avons donc affiné nos cibles et les besoins pour identifier une problématique liée à la remise en activité physique. En effet, quelle réponse peut être faite aux personnes ayant l’ambition ou le besoin de se remettre à l’activité physique, mais qui rencontrent différents freins ?”

L’idée va mûrir pour se préciser : elle devra permettre une remise à l’activité physique de manière sécurisée, rassurante et facile. En somme, un service qui motive au maximum les personnes désireuse de « retrouver la forme » par une activité physique, et pas nécessairement sportive.

“C’est en croisant un autre projet du Groupe VYV que les choses ont commencé à prendre forme. Notre groupe était en phase de développement d’une série de programmes destinés à l’activité physique et adaptés en fonction des profils de chaque personne. Il y avait là un sujet intéressant pour porter notre ambition plus loin.”

Le projet « Actyv » du Groupe VYV : sortir de la sédentarité

“Entre inactivité et reprise d’activité physique, les solutions et les services existants sont généralement très engageants, car se traduisent souvent par la pratique sportive. Ils en deviennent potentiellement dangereux si la progression n’est pas adaptée au profil de la personne.” alerte Julien. C’est dans cette optique que le concept se positionne : ce n’est pas une solution pour les sportifs. Elle ne vise pas à accompagner la performance. Bien au contraire, la solution VYV tend à permettre à des personnes qui n’ont plus l’habitude de bouger régulièrement de reprendre une activité physique.

“Il s’agit pour nous d’aider nos utilisateurs à sortir d’un seuil d’inactivité trop important et qui peut avoir un impact sur le cardio et leur santé au global. Pour cela, il est essentiel d’identifier le niveau d’activité physique pour mieux définir des objectifs atteignables sans avoir à pratiquer du sport.”

En effet, au quotidien nombre d’activités sont à considérer en tant qu’activité physique : le jardinage, le ménage, la marche active… sont autant d’activités bénéfiques pour la santé. “Notre projet est de faire évoluer ces personnes vers plus d’activités modérées avec des objectifs adaptés.”

Actyv Groupe VYV

Julien Larfouilloux dévoile le projet Actyv du Goupe VYV

Comment se présente la solution ?

Plutôt que s’attaquer au marché du wearable, le Groupe VYV a préféré miser sur un dispositif qui se fixe à la maison. “Nous avions bien en tête qu’il reste essentiel pour nos futurs utilisateurs de pouvoir s’autoévaluer. Pour cela, nous avons imaginé un totem, une station à poser dans une chambre ou un salon.”

La station va permettre à chaque personne d’identifier le plus régulièrement possible son niveau de sédentarité et son niveau d’activité à travers deux jauges. L’objectif pour les futurs utilisateurs ? Faire baisser la jauge d’inactivité et faire augmenter la jauge d’activité jusqu’à atteindre le seuil scientifique adapté à la personne.

Pour accompagner l’utilisateur dans sa remise en activité, la station d’activité VYV offrira la possibilité de suivre des programmes spécifiques et adaptés à chaque profil, disponibles sur une plateforme web. Des programmes que Julien souhaite faire valider sur les principes recommandés par l’OMS.

Faut-il pour cela avoir recours à une application de suivi ? Julien s’appuie sur les interviews menées à la naissance du projet pour nous répondre. “Lors des phases préparatoires du projet, nous avions remonté qu’un objet connecté attaché obligatoirement à une application représentait un vrai frein pour beaucoup de personnes. Les utilisateurs veulent un outil qui s’affranchit de leur téléphone. Ils souhaitent un usage transparent, qu’on exploite même sans y penser.”  

“La Connected Week nous a permis d’affiner notre projet”

Parce que le meilleur retour ne s’obtient pas par la projection d’un powerpoint, Julien a souhaité présenter le concept du Groupe VYV à ses futurs utilisateurs. La Connected Week était pour lui le moment opportun pour confronter sa solution, prototype en main. “Nous avons relevé que la notion de remise en activité physique était parfois très vite assimilée au sport. Cette notion peut générer des inquiétudes. Notre projet étant justement de traduire une remise en activité physique sans passer par le sport. Il va nous être indispensable d’étayer notre propos. Il s’agira sans doute pour nous d’illustrer par des exemples concrets ce que notre concept entend par remise en activité physique.”

Cependant, la Connected Week a permis à Julien de valider certains profils d’utilisateurs.  En effet, le décret du 1er mars 2017 permet aux médecins de prescrire une activité physique comme traitement pour les maladies chroniques. “Lorsqu’un patient souffrant de maladie chronique se voit délivrer une ordonnance pour une activité physique, celui-ci ne sait pas à qui s’adresser. C’est tout le propos de notre concept « Actyv » : offrir une vraie solution d’accompagnement adaptée à toutes personnes, et nous entendons bien évidemment-là les personnes pour lesquelles le sport n’est pas conseillé.”