Tampon Connecté
4 septembre 2018

Le tampon devient connecté avec bySTAMP

Tamponné, c’est validé ! Ce geste simple de validation est devenu commun pour tout le monde mais de quelle manière peut-il évoluer à l’heure de la dématérialisation et de l’IoT ? BySTAMP mène cette réflexion depuis janvier 2016. La jeune société expérimente et développe un tampon connecté permettant d’authentifier une personne juste en interagissant avec un smartphone ou une tablette.

Qu’il s’agisse de valider un accès, confirmer la livraison d’un produit ou certifier les étapes d’un process, le tampon bySTAMP présente de nombreux usages. Après son passage à la Cité de l’Objet Connecté pour y réaliser la fabrication de 600 puis 2 500 cartes électroniques, Yann Le Bail, cofondateur, nous en dit plus sur le projet.

#SmartRetail | BySTAMP accélère le passage en caisse

C’est en explorant des solutions simples et rapides pour fluidifier le passage en caisse et l’identification des clients que Yann Le Bail et Thierry Maison ont fondé bySTAMP. Les deux cofondateurs entendaient bien se positionner sur le secteur du retail, en perpétuelle recherche d’innovations pour améliorer le parcours d’achat et l’expérience de ses clients. La concrétisation de leur solution va d’ailleurs vite délivrer des résultats positifs à travers l’expérimentation menée avec l’application FidMe en Allemagne et en France.

“FidMe propose à ses utilisateurs de centraliser toutes leurs cartes de fidélité dans leur smartphone”, développe Yann Le Bail. “Grâce au tampon bySTAMP et l’application FidMe, chaque commerçant peut délivrer des récompenses à son client avec la certitude que son programme de fidélité est sécurisé.”

En effet, l’identification des cartes de fidélité FidMe se réalisait initialement via le scan d’un QR code sur le smartphone, mais cette solution n’est plus suffisante pour les commerçants. “Le QR code n’est qu’une image”, poursuit-il, “cette image peut être copiée et, de fait, utilisée par plusieurs clients, détournant quelque peu les objectifs poursuivis par le programme de fidélisation.” BySTAMP identifie précisément chaque  commerçant et offre une fiabilité totale dans le suivi et la personnalisation du parcours client.

Yann Le Bail bySTAMP

Yann Le Bail, cofondateur de bySTAMP

Identification en moins de deux secondes même sans connexion réseau

Le cœur de la technologie du tampon bySTAMP est la communication sécurisée entre la carte électronique du tampon et le smartphone ou la tablette de l’utilisateur.

“Lors de la conception du produit, les investigations nous ont poussés à dégager des technologies plus générales que le NFC. Certains téléphones étant dépourvus de NFC, nos recherches nous ont orientés vers la technologie de l’ultrason et du Bluetooth Low Energy. Chacun de nos choix visait à créer un canal de communication sécurisé entre le tampon et le device.”

Et c’est bien là que réside toute la particularité du projet : la sécurisation de la communication n’impose aucun prérequis, l’utilisation est aussi évidente qu’un coup de tampon ! L’entreprise a concentré toute sa R&D sur trois fondamentaux afin d’être en mesure de délivrer une solution :

  • simple dans son usage, aucune formation particulière n’est nécessaire
  • universelle, la solution fonctionne sur tous les téléphones
  • opérationnelle, même sans connexion au réseau

#SmartIndustry | De l’authentification légère à la signature sécurisée

Mais le spectre des usages bySTAMP ne se limite pas au secteur du retail et reste très large.

Le secteur de l’industrie, en pleine mutation IoT permet de mieux comprendre combien bySTAMP sécurise les process avec sa technologie permettant une communication bidirectionnelle. Lorsque l’authentification légère, développée pour le secteur retail pour des cas tels que les programmes de fidélité, ne présente pas d’enjeu financier, l’authentification avec identification du porteur du tampon devient essentielle dans le secteur industriel.

“Dans des secteurs sensibles comme le nucléaire, la sécurisation des process est un point d’alerte important pour lequel la solution bySTAMP apporte une vraie réponse. Les process de maintenance, par exemple, deviennent numériques : les contrôleurs et les agents peuvent interagir tout au long d’une procédure de contrôle basée sur une check-list grâce à leurs tampons personnels”, nous explique Yann Le Bail. “Chaque étape de la procédure de maintenance peut être approuvée par le tampon avant d’être contresignée par le responsable en fin de procédure pour valider tout le process grâce à son code PIN personnel. Il appose de cette manière sa signature numérique sur le document de contrôle.”

Les retours d’expérimentation de la solution bySTAMP dans la filière nucléaire s’étant avérés positifs, la société est aujourd’hui en phase de développement du firmware et pousse ses réflexions sur le stockage des données. Et pour porter plus loin l’exploitation de bySTAMP dans les procédures requérant l’identification de l’utilisateur, la société développe actuellement une solution biométrique.

Bystamp

Le tampon connecté bySTAMP permet l’identification de l’utilisateur en quelques secondes même sans connexion réseau

BySTAMP vise l’international

Pour appuyer son développement et sa commercialisation, la société s’est dotée d’un board de qualité,  “l’un des meilleurs board de Paris pour notre activité” selon Yann Le Bail. Avec un prix unitaire annoncé autour de 29,90 € TTC, la société s’appuie particulièrement sur des intégrateurs et des clusters par secteurs d’activité pour la commercialisation, permettant ainsi de mieux appréhender les usages et de garder une agilité dans l’évolution de ceux-ci.

De cette manière, bySTAMP propose deux modèles d’hébergement de sa solution :  un mode SaaS sous la marque bySTAMP avec abonnement, c’est le modèle proposé pour l’intégrateur FidMe et une solution intégrée “powered by bySTAMP” avec achat de licence, un modèle proposé pour des secteurs plus sensibles.

Contrôle d’accès, service à la personne, paiement sécurisé, livraison… les usages du tampon connecté bySTAMP sont illimités et viennent créer de la valeur pour de nombreux services. Et c’est en restant agile et en opérant les pivots nécessaires que la société a su proposer un produit qui s’attaque aujourd’hui au marché international. Une évolution que la Cité de l’Objet Connecté suivra avec intérêt.